Voir plus
Le Programme d’Actions de Prévention des Inondations Charente & Estuaire est établi à l'échelle d'un périmètre hydrographique cohérent, celui du bassin versant.

Territoire du PAPI Charente & Estuaire

Il correspond au bassin versant du fleuve Charente et est encadré, au niveau de la façade littorale, au nord par la baie d’Yves (bassin de risque d’un autre PAPI) et au sud par le marais de Brouage. Cela représente un territoire global de 9 850 km² et environ 790 communes.

Périmètre du PAPI Charente & Estuaire

Plus de 400 communes sont concernées par le risque d’inondation. Mais 10 communes concentrent à elles-seules 40 % de la population en zone inondable du bassin versant de la Charente : Rochefort, Saintes, Angoulême, Cognac, Tonnay-Charente, La Rochefoucauld, Port-des-Barques, Aigre, Gond-Pontouvre et Pons.

Les crues de plaine

Cognac – Décembre 1982 © DDT16

Cognac – Décembre 1982 © DDT16

Elles résultent d’épisodes pluvieux d’origine océanique largement répartis sur le territoire. Le bassin versant réagit alors en fonction du cumul de précipitations et du niveau de saturation des sols et des nappes superficielles, provoquant des débordements. 80% des crues de la Charente se produisent entre le 15 décembre et le 1er avril avec des durées de submersion parfois très longues (de 10 à 30 jours). On parle de risque d’inondation lorsque les eaux sont susceptibles d’atteindre des zones vulnérables (zones urbaines, économiques, infrastructures…).

La concomitance ou non des crues de la Charente et de ses affluents aval (Antenne, Né, Seugne, Boutonne), qui dépend de la durée et de la répartition des précipitations, présente des conséquences importantes pour les niveaux d’inondation dans la partie aval de la Charente.

La crue de décembre 1982 doit son caractère exceptionnel sur tout le bassin, du fait qu’elle est le résultat de l’enchaînement d’une pluie intense sur deux jours ayant fait suite à une pluie prolongée sur 13 jours (cumul de plus de 200 mm).

Les submersions marines

Rochefort – Février 2010 © Aéroclub du Pays Rochefortais

Rochefort – Février 2010 © Aéroclub du Pays Rochefortais

L’estuaire de la Charente est très fortement influencé par le niveau de la mer. Un épisode de surcote marine conjugué à des coefficients de marée importants peut provoquer une submersion marine généralisée. Les marais maritimes rochefortais, en grande partie aménagés par l’homme, sont situés à des altitudes très basses. Ils sont donc particulièrement sensibles aux tempêtes qui s’accompagnent généralement d’une élévation du niveau marin selon trois processus principaux : la chute de pression atmosphérique, le vent qui exerce une contrainte à la surface de l’eau, les vagues qui déferlent à l’approche des côtes et qui transfèrent leur énergie sur la colonne d’eau.

Le caractère singulier de la tempête Xynthia en Charente-Maritime est dû à la concomitance de la tempête avec la pleine mer d’une marée de vive-eau de coefficient 102 et des fortes houles, provoquant des phénomènes de submersion rares.

Les digues présentes dans l’estuaire ont été submergées et dégradées lors de la tempête, posant la question d’une cohérence du système de protection à l’échelle de l’estuaire et de son entretien.