Voir plus
Une étude des potentialités piscicoles portée par l’EPTB Charente et réalisée par Hydroconcept (2000-2003) a permis de montrer le fort potentiel d’accueil des bassins Charente et Seudre pour les poissons migrateurs. Une animation partenariale s’est montée afin de mettre en œuvre des actions pour ces espèces emblématiques. La Cellule Migrateurs Charente Seudre (CMCS) est composée de l’EPTB Charente, du CREAA et de MIGADO (depuis le 01/09/2018). Elle met en œuvre des programmes pluriannuels d’actions pour la préservation et la gestion des poissons migrateurs sur les bassins Charente et Seudre depuis 2009. Le programme actuel couvre la période 2016-2020 et fait suite aux programmes 2009-2011 et 2012-2015. Cela fait donc bientôt 10 ans que des actions sont réalisées sur la base du travail de 2003. Des suivis biologiques pour améliorer les connaissances sur les poissons migrateurs, tant sur le plan des effectifs que de l’activité de reproduction ont été réalisés annuellement. La station de comptage de Crouin a été mise en service en 2009 et une chronique de 7 ans de données est aujourd’hui disponible. Des prospections sur les habitats ont été faites et un travail sur les ouvrages des cours d’eau a été mené. Des outils de communication ont été construits dont une exposition itinérante de 10 kakémonos, des bulletins d’information et des guides techniques. Un tableau de bord (https://www.migrateurs-charenteseudre.fr/) a été construit en 2012 et se base sur des indicateurs et descripteurs pour établir des états et des tendances des espèces, de façon annuelle.
De nombreuses questions se posent aujourd’hui et le comité de pilotage qui suit la mise en œuvre des programmes juge utile de réaliser une actualisation et un complément à l’étude de 2003 afin d’ajuster les orientations des opérations mais aussi les modalités de gestion des espèces, via le PLAGEPOMI.

L’EPTB Charente a lancé une étude fin 2019 pour répondre à un besoin du territoire sur la thématique des poissons migrateurs à un moment clé qui est la fin d’un programme et son évaluation, et la rédaction du prochain. Cette étude s’inscrit dans le cadre du programme d’actions que porte la Cellule Migrateurs Charente-Seudre.

Les financeurs sont l’Agence de l’Eau Adour-Garonne et la Région Nouvelle-Aquitaine.

                                                                                                     

L’étude a été notifiée le 16 octobre 2019 au groupement Fish-Pass / SCIMABIO Interface, qui a 12 mois pour réaliser le travail.

                                                                                     

 

Les  Objectifs de l’étude :

L’étude doit permettre de répondre aux mesures du PLAGEPOMI et des SAGE qui visent, notamment, la connaissance des espèces et l’amélioration de la continuité écologique. Elle correspond, de plus, à un besoin du territoire. En effet, l’étude portée par l’EPTB Charente en 2003 sert encore de référence sur les ouvrages (position géographique et franchissabilité) et sur l’inventaire des frayères actives et potentielles des poissons migrateurs. La Cellule Migrateurs a progressé depuis 2008, dans les connaissances sur les espèces, les ouvrages, les conditions de migration et sur les aménagements réalisés pour améliorer la continuité écologique. Il est donc nécessaire aujourd’hui de mettre à jour cette étude, pour orienter les mesures de gestion avec la prise en compte de nouveaux paramètres, comme les aménagements récents, la restauration de certains habitats, les problématiques liées au manque d’eau, et de façon plus générale le changement climatique.

Sur la base de l’étude de 2003 et des données acquises par la cellule depuis 2008, plusieurs objectifs sont identifiés :

  • Analyser la situation des poissons migrateurs,
  • Procéder à une analyse des actions initiées par la cellule (accompagnement, suivis, etc.) afin de proposer de nouvelles pistes de travail ou d’actions,
  • Réaliser un point d’avancement en matière de restauration de la continuité écologique permettant de faire un bilan de la franchissabilité actuelle des barrages, dont ceux déjà équipés d’un aménagement piscicole, de réaliser une analyse objective sur les gains écologiques par rapport aux investissements et de faire ressortir des ouvrages prioritaires à aménager sur les grands axes.
  • Faire des propositions de mesures d’accompagnement pour une meilleure prise en compte de la continuité écologique à différents niveaux : financeurs, services de l’Etat, maîtres d’ouvrage, Cellule Migrateurs.

Les espèces migratrices amphihalines à prendre en compte sont : les aloses (grande et feinte), les anguilles, les lamproies (marine et fluviatile), le saumon atlantique et la truite de mer.

 

Une tranche optionnelle est envisagée. Une saisie via l’interface GEOBS pourrait être réalisée pour les ouvrages identifiés par les opérateurs locaux, non encore intégrés au ROE, sur proposition de ceux-ci.

 

Un comité de pilotage (COPIL) se réunira trois fois pendant la durée de l’étude. La première réunion (lancement) s’est tenue à Saintes le 22 novembre 2019.

Un comité technique (COTECH) suivra le déroulement de l’étude de plus près et se réunira entre les COPIL. 4 COTECH sont envisagés. Le premier doit se réunir le 17 février 2020.