Voir plus

Les différentes phases de la démarche

 

Le projet Charente 2050, porté par l’EPTB Charente avec le soutien financier de l’Agence de l’Eau Adour Garonne et de la Région Nouvelle Aquitaine, a été confié au groupement constitué par Antea Group et La Fabrique Participative. La démarche, débutée en janvier 2019, s’échelonnera sur 2 ans selon 4 phases :

Phase 1 : Cadrage de l’étude (Janvier 2019 – Avril 2019)

Cette phase de cadrage, réalisé en comité restreint, consiste à établir les bases d’une relation privilégiée de travail entre le groupement, le comité de pilotage et l’équipe de l’EPTB Charente et à préciser les détails de réalisation de l’étude (organisation de la concertation, précision des résultats, planning détaillé, détail des produits livrables, choix des thématiques…).

Cette phase a abouti à une note de cadrage produite par le groupement et détaillant les ajustements et les modifications apportées à sa proposition initiale.

Le premier comité de suivi de la démarche Charente 2050 s’est tenu le 16 mai 2019 et a réuni 120 personnes à l’auditorium Maurice Ravel de Jarnac. Il marque la fin de la phase de cadrage et le début du diagnostic prospectif.

Les deux diaporamas présentés sont disponibles en téléchargement  ici  et  ici 

Phase 2 : Diagnostic prospectif (Mai 2019 – Novembre 2019)

Identifier les enjeux du territoire et partager un socle technique commun

L’objectif de cette phase est de mettre en avant les dynamiques territoriales actuellement observées en interrogeant tous les éléments déterminants pour l’avenir du territoire et de la ressource en eau. Des ateliers thématiques seront organisés permettant aux acteurs du territoire de définir les grands changements et les grandes problématiques auxquels risque d’être confrontés le territoire et la ressource en eau.  A l’issu de ces ateliers, des fiches-enjeux seront élaborés et synthétiseront les éléments suivants :

  • Bref rappel d’éléments de diagnostic
  • Cartographies
  • Tendances passées (chiffrées et/ou à dire d’expert)
  • Tendances futures (extrapolations)
  • Facteurs d’évolution, endogènes et exogènes
  • Différentes hypothèses d’évolution
  • Eléments de rupture
  • Interrelation avec les autres enjeux

Les dates des prochains ateliers thématiques sont fixées, n’hésitez pas à vous inscrire ici avant le 7 juin :

Thème Date Heure Lieu
Activités économiques Lundi 17 juin 15h00-18h00 Saintes (EPTB Charente)
Ressources en eau et milieux aquatiques Mardi 18 juin 9h30-12h30 Salignac sur Charente (Salle polyvalente)
Aménagement du territoire Mardi 18 juin 14h30-17h30 Salignac sur Charente (Salle polyvalente)
Solidarité territoriale Jeudi 20 juin 9h30-12h30 Jarnac (Pavillon Ravel)
Tourisme et loisirs Jeudi 20 juin 14h30-17h30 Jarnac (Pavillon Ravel)
Solidarité entre les usages Vendredi 21 juin 9h30-12h30 Saintes (EPTB Charente)

Phase 3 : Élaborations des scénarios (Décembre 2019 – Juin 2020) 

Construire des futurs possibles pour mieux s’y préparer  

« un scénario n’est pas la réalité future mais un moyen de se la représenter en vue d’éclairer l’action présente à la lumière des futurs possibles et souhaitables » (Godet, 2006)

  • Phase 3.1 : Élaboration de micro-scénarios et de scénarios globaux

Un premier travail, réalisé en atelier thématique, permettra d’élaborer des micro-scénarios sur la base du diagnostic prospectif et des fiches-enjeux réalisées à cette occasion. L’objectif de ce premier travail est de détailler une histoire de l’évolution du territoire à 30 ans sur chacune des thématiques. Des groupes de travail restreint permettront par la suite de formaliser des scénarios globaux à partir de tous les micro-scénarios imaginés pour chaque thématique lors des ateliers. A ce stade il ne s’agira pas de choisir un scénario plutôt qu’un autre, ni de faire des choix politiques, mais simplement de construire plusieurs histoires contrastées. Il n’y aura pas de limite dans la construction des scénarios globaux, tous étant intéressants, qu’ils soient trop ambitieux (idéal) ou à l’inverse non souhaitables (permettront d’élaborer des stratégies d’évitement). Par la suite, il conviendra de dégager 3 ou 4 scénarios globaux.

  • Phase 3.2 : Évaluation des impacts sur la ressource et les usages

Afin de pouvoir évaluer l’impact sur la ressource en eau et les milieux aquatiques, il sera établi un état de référence environnemental projeté à 2050 selon les modélisations disponibles actuellement. Cet état tendanciel de référence permettra alors de comparer les scénarios entre eux et de déterminer les scénarios enviables sur le point de vue environnemental des scénarios du pire.

L’évaluation socio-économique de scénarios établis à 30 ans est un exercice difficile devant faire face à de nombreuses limites. Compte tenu des difficultés de l’exercice et des limites qui s’imposent, l’évaluation socio-économique réalisée sera plus qualitative que quantitative. Rien ne sert de chiffrer à l’euro près les conséquences de tels ou tels scénarios et il est plus judicieux et intéressant de pouvoir comparer les scénarios entre eux à travers une grille d’évaluation synthétique.

Phase 4 : Plan d’adaptation et d’atténuation territorialisé (Juillet 2020 – Janvier 2021

Proposer des alternatives permettant d’avancer vers un futur souhaité ou d’éviter une évolution à risques

L’objectif de cette phase tient en la déclinaison stratégique d’actions d’évitement, d’adaptation, d’atténuation des impacts du changement climatique, à la lumière des scénarios prospectifs qui ont été développés dans la phase précédente. Ces mesures d’adaptation et ces actions correctives seront déclinées à différentes échelles spatiales et à différents horizons temporels.  4 types de mesures seront distingués :

  • Les mesures de renforcement: on souhaite conforter une tendance actuelle en mettant en place des actions qui vont dans le même sens
  • Les mesures d’évitement: on ne souhaite pas aller dans une direction qui pourrait poser problème dans le futur alors on met en place des mesures préventives dès à présent
  • Les mesures de correction: on corrige une situation posant problème face à une situation donnée
  • Les mesures d’adaptation: « au pied du mur », il faut trouver une solution pour s’adapter à l’évolution du territoire / de la ressource

A ce stade, des ateliers géographiques seront organisés afin de focaliser sur des territoires aux enjeux parfois larges et parfois très spécifiques et de cibler les acteurs concernés. Lors de ces ateliers, les participants rechercheront des pistes de mesures d’atténuation, d’adaptation ou de correction des impacts du changement climatique sur leur territoire au regard des différentes évolutions possibles. Il s’agira de trouver des moyens d’éviter les scénarios du pire ou d’atteindre les scénarios « souhaitables ».

Toute la plus-value de la démarche Charente 2050 tient en la définition de ce plan d’adaptation qui doit être le plus concret possible et doit être spécifique à chaque territoire composant le bassin versant de la Charente. Ce programme d’adaptation ne sera pas figé mais adaptatif aux évolutions du territoire et des éléments extérieurs.

« L’intelligence c’est la capacité de s’adapter au changement. » (Stephen Hawking)