Voir plus
Le ralentissement des écoulements en amont des zones à enjeux permet de réduire les débits de pointe des cours d’eau et d’atténuer parfois le phénomène de débordement dans les zones à enjeux. C’est l’aménagement global du territoire qui doit donc être réfléchi à cet effet, ce qui demande un travail de longue haleine.
Dans le cadre du PAPI Charente & Estuaire, deux réflexions sont menées en parallèle :
- Celle de la reconquête des zones d'expansion des crues dans le lit majeur des cours d’eau
- Celle de la mise en place d’aménagements doux sur les versants et les têtes de bassin

Les zones d’expansion des crues

Les zones d’expansion des crues sont des secteurs non ou peu urbanisés et peu aménagés où se répandent les eaux lors du débordement des cours d’eau dans leur lit majeur. Elles jouent un rôle déterminant en réduisant momentanément le débit à l’aval et en allongeant la durée de l’écoulement. La rétention temporaire de l’eau participe au fonctionnement des écosystèmes aquatiques et terrestres.

Certaines zones d’expansion des crues sont devenues moins fonctionnelles en raison de déconnexions hydrauliques, de la présence de remblais, de dispositifs de drainage ou encore d’occupation des sols incompatible. La reconquête des zones d’expansion des crues figure dans les objectifs du Programme d’Actions de Prévention des Inondations.

En parallèle, la sur-inondation (ou sur-stockage) peut être une stratégie à mobiliser. Elle consiste à renforcer le rôle de stockage naturel joué par un champ d’expansion de crue en aménageant le lit majeur : boisement, diguettes, ouvrage de retenue…. L’objectif est de remonter la ligne d’eau amont dans des zones avec très peu enjeux pour augmenter le volume de stockage et limiter ainsi le débit de pointe de l’écoulement en aval. Des précautions d’ordre environnemental et une analyse coût bénéfice doivent accompagner l’élaboration de ces projets.

Zone d’expansion des crues à Vindelle ©Aerial Pictures Drones Charente

Les aménagements doux sur les versants et têtes de bassin

Les aménagements d’hydraulique douce ont vocation à favoriser l’infiltration de l’eau et à limiter les vitesses d’écoulement. Ils peuvent concerner les versants, les têtes de bassin ou les fonds de vallée.

Exemples d’aménagements doux de versants :

  • Haies
  • Talus
  • Boisements…

Exemples d’aménagements doux de têtes de bassin :

  • Reméandrage de ruisseau
  • Plantation de ripisylve
  • Restauration de zones humides…

Zone humide © EPTB Charente

L’impact de ces aménagements est certain mais difficile à quantifier. Son incidence est a priori plus forte sur la régulation des petites crues que sur celle des crues majeures. L’intérêt de cette hydraulique douce provient également des services rendus très divers : soutien des étiages, amélioration de la qualité de l’eau, augmentation de la biodiversité…