Voir plus
Les inondations résultent d’un fonctionnement hydrologique «naturel» qui peut parfois être atténué (aménagement d’ouvrages de protection) mais le risque d’inondation demeure toujours présent. Chacun peut en complément de l’action publique agir à son échelle pour réduire les dommages.

Les mesures de réduction de vulnérabilité

Réduire la vulnérabilité d’un bâtiment et de ses occupants consiste à limiter leur fragilité face au risque d’inondation. Les stratégies de réduction de vulnérabilité peuvent consister à :

  • « Eviter » : construire hors d’eau (ne s’applique donc pas pour un bien existant).
  • « Résister » : faire barrage à l’entrée d’eau (en général pour des hauteurs inférieures à 1 m d’eau sinon danger de déstabilisation des murs).
  • « Céder » : adapter l’intérieur du bâtiment pour limiter les dommages en cas d’entrée d’eau.

Voici quelques exemples de mesures de réduction de vulnérabilité qui peuvent être entreprises :

  • mise en place de batardeaux (barrières anti-inondation) au niveau des portes de la maison en cas d’alerte inondation
  • rehausse de la chaudière hors d’eau
  • redistribution du réseau électrique (réseau descendant, prises rehaussées…)
  • création d’un espace refuge en cas de risque avéré pour les vies humaines
mesures_reduction_vulnerabilite

Illustrations issues du « Référentiel de travaux de prévention du risque d’inondation dans l’habitat existant » ©Ministères de l’Ecologie et du Logement

Le choix et la mise en place de ces mesures exige au préalable de bien diagnostiquer sa vulnérabilité : type d’inondation, hauteurs d’eau potentielles, matériels et équipements sensibles, configuration du bâtiment…

Dans le cadre du PAPI Charente & Estuaire, la Ville de Rochefort a proposé à de nombreux occupants situés en zone à risque d’inondation la réalisation gratuite d’un diagnostic de vulnérabilité. Plusieurs centaines de diagnostics ont été effectués durant l’année 2014. D’autres diagnostics seront proposés dans les communes de l’estuaire de la Charente suite à l’avenant au PAPI.

L’EPTB Charente a réalisé une étude d’exposition au risque d’inondation des enjeux économiques et patrimoniaux. Ainsi, sur l’ensemble du bassin versant de la Charente, on dénombre dans les zones inondables par débordement de cours d’eau ou submersion marine :

  • Environ 4 500 entreprises (industries, commerces, administrations, sièges d’exploitation agricole, travailleurs à domicile…) représentant près de 15 000 emplois,
  • Environ 80 édifices patrimoniaux (monuments historiques, bâtiments hébergeant des fonds anciens, musées) dont 16 sont des musées.

Outre les dommages générés par une inondation sur le bâtiment en lui-même (endommagement structurel, dégradation des revêtements de sol, des cloisons…), d’autres conséquences sont à craindre :

  • Pertes d’exploitation pendant la durée de l’inondation et de la remise en état, voire perte de clientèle
  • Dommages aux stocks et difficultés de réapprovisionnement (fournisseurs, acheminement…)
  • Dégradations ou pertes irréversibles d’objets culturels rares voire uniques et précieux (livres, mobiliers, poteries…)
  • Etc.

Face au risque d’inondation, anticiper est donc essentiel. Mieux connaître sa vulnérabilité permettra à chacun de prendre les mesures préventives adéquates.

L’EPTB Charente vous propose un document de pré-diagnostic, simple dans son format et dans son approche, qui vous permettra rapidement d’aborder les principales questions à se poser pour évaluer sa vulnérabilité.

Document de pré-diagnostic à destination des responsables d’entreprises

Document de pré-diagnostic à destination des gestionnaires d’édifices patrimoniaux

Ces documents de pré-diagnostic sont accompagnés de :

Pour aller plus loin :

Les plans d’organisation internes

Plan Familial de Mise en Sûreté (PFMS) – Foyer

Chacun peut, à l’échelle de son foyer, établir un plan couchant par écrit l’organisation prévue pour faire face à une inondation. Il permet d’éviter d’être pris au dépourvu et limite l’effet de panique pendant l’inondation. Le PFMS peut contenir la liste des signaux et consignes indispensables à connaître, les démarches de sécurisation des personnes (ex : localisation des dispositifs de coupure de réseaux) et les démarches de sécurisation des biens (ex : liste des objets à évacuer en priorité au moment de l’inondation…).

Pour en savoir plus :  Guide « PFMS » – Direction de la Sécurité Civile

Plan de Continuité d’Activité (PCA) – Entreprise/service public

L’inondation peut mettre en danger la continuité des services, en impactant le personnel, les infrastructures, le matériel, les stocks et les flux. Elle peut « paralyser » l’activité d’une entreprise ou d’un service public. Bâtir un Plan de Continuité d’Activités c’est mettre en place les moyens et les procédures qui permettent d’assurer un service minimum, pendant l’inondation et surtout pendant la longue phase de « reconstruction ».

Pour en savoir plus : Guide « Bâtir un plan de continuité d’activité d’un service public » – CEPRI

Plan Particulier de Mise en Sûreté (PPMS) – Ecole

Les établissements scolaires mettent en œuvre des plans pour assurer la sécurité des enfants et des agents en cas de risque majeur. Une circulaire du 29 mai 2002 a rendu ce plan obligatoire dans les écoles.